home
biography
reviews
exhibitions
exhibitions
exhibitions
exhibitions
Nuit Blanche 2007
photographs
sculptures
Catalogues
video
contact

Sculptures

ENTRE NOUS

Entre nous 1 - 2014
Ciment
70 x 250 x 250 cm

Entre nous 2 - 2014
Ciment
100 x 250 x 250 cm
PIERRE À FACE

Pierre à face 1 - 2014

Pierre à face 2 - 2014

Pierre à face 3 - 2014

Pierre à face 4 - 2014

Pierre à face 5 - 2014

Pierre à face 6 - 2014

Pierre à face 7 - 2014

Pierre à face 8 - 2014

Pierre à face 9 - 2014
RENCONTRES OUBLIÉES

Composition génomique - 2014
Ciment
35 x 35 x 100 cm

Rencontres oubliées 1 - 2014
Ciment et plastique
14 x 20 x 30 cm

Rencontres oubliées 2 - 2014
Ciment
15 x 16 x 18 cm

Rencontres oubliées 3 - 2014
Plastique et ciment
13 x 14 x 40 cm

Rencontres oubliées 4 - 2014
Verre et ciment
37 x 20 x 20 cm

Rencontres oubliées 5 - 2014
Plastique et ciment
25 x 25 x 40 cm

Rencontres oubliées 6 - 2014
Plastique et ciment
15 x 20 x 18 cm

Rencontres oubliées 7 - 2014
Ciment
14 x 15 x 20 cm

Rencontres oubliées 8 - 2014
Verre, plastique et ciment
10 x 10 x 16 cm

Rencontres oubliées 9 - 2014
Ciment
13 x 25 x 40 cm

Rencontres oubliées 10 - 2014
Métal et bronze
20 x 10 x 5 cm

Rencontres oubliées 11 - 2014
Ciment
14 x 18 x 19 cm

Rencontres oubliées 12 - 2014
Ciment et métal
8 x 17 x 17 cm

Rencontres oubliées 13 - 2014
Bronze
9 x 15 x 20 cm

Rencontres oubliées 14 - 2014
Ciment
21 x 21 x 30 cm

Rencontres oubliées 15 - 2014
Ciment
15 x 16 x 18 cm

Rencontres oubliées 16 - 2014
Verre et ciment
37 x 20 x 20 cm

Rencontres oubliées 17 - 2014
Plastique et ciment
20 x 30 x 50 cm

Rencontres oubliées 18 - 2014
Ciment et bois
14 x 18 x 19 cm

Rencontres oubliées 19 - 2014
Ciment
16 x 16 x 16 cm

Rencontres oubliées 20 - 2014
Plastique et ciment
8 x 25 x 25 cm

Rencontres oubliées 21 - 2014
Ciment
12,5 x 12 cm

Rencontres oubliées 22 - 2014
Ciment
24 x 17 x 18 cm

Rencontres oubliées 23 - 2014
Ciment
12 x 13 x 24 cm

Rencontres oubliées 24 - 2014
Verre et ciment
37 x 20 x 20 cm

Rencontres oubliées 25 - 2014
Bronze, plastique et ciment
10 x 17 x 34 cm

Rencontres oubliées 26 - 2014
Ciment
12,5 x 12 cm

La série de sculptures composant Le cabinet des hybrides ou des vanités fait écho aux cabinets de curiosités constitués au XVIIIe siècle, embryons des musées modernes, écrins de collections hétérogènes allant du vestige de l’Antiquité classique au spécimen naturalisé en provenance d’horizons lointains en passant par la pièce de machinerie contemporaine.

Les pièces de Thierry Farcy s’attachent à l’être humain réduit par synecdoque à son expression la plus pure : la tête, thème de prédilection de l’artiste depuis les années 1990. Mettant en ?uvre des techniques et media variés, les ?uvres présentent une humanité à l’état de vestige exposée comme le souvenir d’exploration de terres inconnues par l’emploi des tablettes et des globes de verre.

Le traitement des visages associant des surfaces brutes et taillées rappellent la statuaire antique en marbre, bronze ou céramique ? tantôt buste funéraire égyptien, tantôt masque de théâtre tragi-comique gréco-romain ? la découverte archéologique. La patine sur d’autres productions suggère les ossements fossilisés des premiers hommes. Il n’y a cependant aucune référence apparente permettant un ancrage dans le temps et l’espace ; nous sommes face à un passé imaginaire ou à une projection utopique.

Cette ambiguïté est soutenue par les transformations subies par la matière. Des traits apparaissent dans des blocs partiellement sculptés, des têtes sont découpées et recomposées ou fragmentées et réassemblées sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’une apparition, d’une matérialisation incomplète, ou d’une dislocation engendrée par les altérations du temps. L’humain n’en demeure pas moins un sujet d’étude, décortiqué presque chirurgicalement.

La tonalité grave, ou à tout le moins étrange, qui se dégage de ces ?uvres est contrebalancée par l’inclusion de jouets en forme d’animaux et d’insectes, éléments déconcertants et décalés des Rencontres oubliées. Pleine d’humour et d’ironie, cette série nous interroge sur notre rapport à la mort et à la nature et sur notre place dans la chaine du vivant. Les rôles paraissent inversés et l’Homme devient la curiosité du règne animal.

Les pierres à faces renvoient quant à elles à l’univers minéral. Le diamant d’Alençon, appellation aujourd’hui rejetée pour désigner un quartz fumé présent sur dans le substrat ornais, a servi d’inspiration à Thierry Farcy. La matière est montrée dans tous ses états, du plus brut au plus poli, rend hommage au travail de la pierre, véhicule le message de la préciosité et de la fragilité de la vie.

Les assemblages tridimensionnels de Thierry Farcy forment une architecture en suspens entre construction et déconstruction, entre fondation et ruine, dont les modules peuvent se combiner à l’infini pour offrir une image sans cesse en mouvement. Les installations Entre nous et Alliances peuvent se lire comme un état archéologique de nos sociétés, une vision stratigraphique instable de l’histoire humaine, dans lesquels les têtes anonymes, parfois réduites à quelques traces ou empreintes, sont autant de tranches de vie révélées. Elles symbolisent également l’aspiration de l’homme à s’élever tout en s’appuyant sur son passé. Composition génomique marque l’inclinaison de Thierry Farcy pour les sciences de la vie et plus particulièrement l’apparition du vivant. La combinaison de têtes fragmentées forme une chaîne d’ADN métaphorique, comme une architecture génétique évolutive des créatures terrestres.

Johanna ALLOUCH
Conservateur du patrimoine
2015

ET MOI

Et moi 1 - 2012
75 x 110 cm

Et moi 2 - 2011
75 x 105 cm

Et moi 3 - 2013
100 x 145 cm

Et moi 4 - 2012
110 x 75 cm

Et moi 5 - 2011

Et moi 6 - 2012
75 x 110 cm

Et moi 7 - 2012
75 x 110 cm

Et moi 8 - 2012
131 x 101 cm

Le monde du vivant et les origines de la vie sur terre constituent un autre thème de prédilection de Thierry Farcy. Pour la série Anatomies improvisées, l’artiste explique : « il est question [?] de dissections poétiques ». Ainsi, les ?uvres s’appréhendent comme des planches anatomiques de petites entités hybrides indéfinissables, empruntant à l’humain et à l’animal, au végétal et au minéral. Le dessin incisif confère une impression de vie aux éléments inertes et semble capturer un état de la matière en évolution. La précision du trait rappelle la tradition classique de l’écorché. Dans la série Et moi?, le caractère monumental des dessins bouleverse la perception des formes tératogènes. Les différences d’échelle trouvent une résonance dans l’imagerie médicale et ce référentiel renforce l’illusion de réalité de ces créatures chimériques. L’ensemble fait écho à une galerie d’anatomie comparée au sein de laquelle les planches faussement naturalistes tendraient à retracer l’évolution des espèces.

Johanna ALLOUCH
Conservateur du patrimoine
2015

© 2004-2006 Thierry FARCY - all rights reserved. Partners : art-culture-france.com | galeriehelenelamarque.com